Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle

15/09/2021 - Centrafrique

Bangui : les habitants de PK5 réclament la réouverture du marché Kokolo


Le marché Kokolo, sis dans le 3e arrondissement de Bangui (localité communément appelée PK5), a connu plusieurs mois d’inactivité due à la crise militaro-politique que le pays a connue. Les chrétiens et les musulmans y habitant veulent la reprise du commerce dans ledit marché. Qui, malheureusement, est en état de ruine et d’insalubrité avancée. Les leaders locaux des confessions religieuses appellent à l’aide, en visant les autorités, les députés et les personnes de bonne volonté.

Selon les commerçants, le marché accueillait, avant le conflit, des milliers de personnes dans des activités génératrices de revenus (AGR). Rendre le marché Kokolo opérationnel est l’un des piliers de la cohésion sociale. « Le marché étant vaste, nous sollicitons l’appui de tous. Les choses anciennes sont passées, nous voulons vivre avec nos frères et sœurs comme jadis », a indiqué Bernadette Boundou, une vendeuse de pagnes au KM5. 

Face aux difficultés de reprise des activités, des démarches ont été entreprises pour une solution adéquate. Le député de la première circonscription du 3e arrondissement, Mahafouz Zakari, s’est rendu récemment sur les lieux, pour constater l’état de dégradation des infrastructures. Pour lui, le vivre-ensemble reprenant son cours normal, il est nécessaire que les commerçants  relancent leurs activités. « La libre circulation est effective au KM5. Après les récents évènements, les commerces aux abords de la route sont un danger permanent. Il faut la reprise des ventes à l’intérieur du marché », a-t-il déclaré.

Selon l’élu de la nation, ce projet de reconstruction du marché nécessite la contribution de toutes les communautés du secteur. Pour sa part, un plaidoyer sera fait auprès du gouvernement et des partenaires au développement pour la restauration de ce centre de négoce. Dieudonné Damassa, un des responsable du marché, affirme que les difficultés y relatives sont énormes. Il faut nettoyer, mais aussi reconstruire, car tout a été vandalisé, endommagé et détruit. 

La remise en état du marché est le souhait de toutes les communautés du 3e arrondissement et de ses périphéries. A cet effet, un pacte de non-agression a été signé entre les communautés, sur l’initiative de la mission onusienne MINUSCA. De l’avis des observateurs, le PK5 est le poumon économique de la capitale et du pays.

© PCRC-CellCom – Claire-Stéphane Kokanzo

Publié par le PCRC