Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle

21/08/2021 - Centrafrique

Centrafrique : de l'évangélisation à l'amélioration des conditions sociales de l'homme


Le 21 août dernier, treize serviteurs de Dieu des églises membres de l'Alliance des Evangéliques en Centrafrique (AEC) ont reçu leurs parchemins de fin de formation à la Faculté de théologie de Bangui (FATEB), après cinq années de cursus. 

Inscrite dans le programme du Processus de mobilisation de l'Eglise et de la communauté (PMEC), cette formation par alternance, d'une durée de cinq ans, a pour objectif d'inculquer aux pasteurs une autre vision des églises aux côtés de la proclamation de l'évangile. Le PMEC développe la conception de la mission intégrale accomplie par Jésus-Christ au cours de sa mission d'évangélisation et d'enseignement de la parole de Dieu.

Selon le pasteur Philipe Sing-na, secrétaire général de l'AEC et rapporteur général du conseil d'administration de la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC) l'un des récipiendaires, la mission première de l'Eglise est d'annoncer la bonne parole de Dieu aux fidèles, afin de marcher selon les prescriptions du Seigneur. «  Luc 4.18 : L'esprit de Dieu est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, renvoyer libres les opprimés, publier une année de grâce du Seigneur », a-t-il précisé.

Et d'ajouter qu'au-delà de cette mission, l'Eglise doit tout faire pour développer le côté social des fidèles. « Comme l'a indiqué la parole Dieu, Jésus avait donné à manger aux multitudes, ceux qui le suivaient pour écouter la bonne parole. Aujourd'hui, l'Eglise ne doit pas seulement se focaliser sur l'annonce de la parole de Dieu (côté spirituel), mais aussi et surtout doit elle doit se préoccuper des conditions sociales des fidèles », a-t-il ajouté. 

Pour Emboutou Marguerite, diaconesse à l'église Coopération de Lakounga et une des bénéficiaires, c'est une bénédiction de Dieu qui lui a permis de participer à cette formation et d'obtenir ce certificat. Pour elle, le thème est très édifiant ; cela empêchera aux fidèles de se laisser séduire par la magie. «  Cette formation est atout. Nous nous rendons compte que parfois, même si une personne est bien évangélisée, si sa condition sociale ne s'améliore pas, elle sera tentée de prendre des gri-gris afin de vivre mieux. La formation sur la mission intégrale prend en compte l'évangélisation et la transformation de la condition sociale de l'homme en tant qu'enfant de Dieu », a-t-elle témoigné.

Afin de faire valoir cette formation, le pasteur Marcel Ndjô Ducas, de l'Eglise apostolique de Ngola 1, affirme que « la proclamation de l'évangile et la transformation des conditions sociales de l'homme sont indissociables ». Pour cela, l'homme de Dieu prévoit une mobilisation des membres de son église pour communiquer cette formation. Afin qu'ils puissent entreprendre des activités génératrices de revenus (AGR) et vivre heureux comme des fils de Dieu.

Le programme PMEC a été expérimenté dans plusieurs pays du monde en vue d'améliorer les conditions de vie de chaque chrétien, au-delà de la parole de Dieu. Notons que la formation a démarré avec plus d'une trentaine de pasteurs. Aujourd'hui, treize seulement ont reçu les certificats après cinq ans. Ce programme est financé par l'ONG allemande Tearfund.

© PCRC-CellCom – Stève Martial Mbétissinga

Publié par le PCRC