Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle

03/04/2021 - Centrafrique

Investiture présidentielle : la Cour Constitutionnelle donne une léçon inaugurale au professeur Touadéra


Le président de la République centrafricaine, Pr Faustin-Archange Touadera, a été investi le 30 mars dernier au palais de l’assemblée nationale, à Bangui. Devant les corps constitués et des délégations étrangères. En présence du général Evariste Ndayishimiye, président de la République du Burundi. Après la prestation de serment, Danielle Darlan, au nom de la cour constitutionnelle (CC), s’est magistralement adressée au président Faustin-Archange Touadera, selon les us et coutumes en la circonstance.

Le Rwanda, le Cameroun et le Gabon avaient dépêché leurs Premiers ministres ; le Congo, la Guinée équatoriale, le Tchad et l’Angola les ministres des Affaires étrangères. L’Union africaine avait délégué le président de la Commission, Faki Moussa Mahamat ; Paris, le Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne. L’Afrique du Sud, le Nigeria, les USA, la Chine, la Russie, le Vatican, l’Union européenne, la MINUSCA, la CEEAC, etc., étaient représentés.

En costume bleu marine, Faustin-Archange Touadera a prêté serment, en sango et en français, la main gauche posée sur la constitution, la main droite levée. La présidente de la CC a rappelé que la République centrafricaine, après cinq coups d’Etat et six constitutions, vivait aujourd’hui sous un régime semi-présidentiel. Le 27 décembre 2020, les électeurs qui, bravant parfois le danger des groupes rebelles, se sont rendus massivement aux bureaux de vote, ont délivré un message clair : le peuple veut choisir librement ses dirigeants. Chaque mandat a ses défis. Danielle Darlan baptise ainsi le 2e quinquennat de Faustin-Archange Touadera : « Le président et le peuple ». Constatant que les Centrafricains ont besoin de bien-être et de dignité, elle a conseillé au président d’accorder une attention particulière aux plus faibles et aux plus vulnérables ; de servir le peuple dans toute sa diversité. Poursuivre la construction d’un Etat de droit, être juste et équitable, servir l’intérêt général, garantir les droits de l’homme, bannir l’exclusion et le clanisme, protéger l’Etat et la population.

Que notre pays redevienne la « Suisse africaine » d’antan

Selon la présidente de la CC, « la République centrafricaine n’a jamais connu la paix depuis son indépendance. Les causes sont exogènes et endogènes. Notre responsabilité ne peut être dégagée. Nous devons assumer nos responsabilités pour nous améliorer et assumer nos devoirs. Le peuple est fatigué par toutes les agressions qu’il a subies. Rebâtissons ensemble notre pays pour qu’il redevienne la « Suisse africaine » d’autrefois. Les défis du 2e mandat sont immenses : sécuriser le territoire et restaurer l’autorité de l’Etat ; renforcer la coopération avec les pays voisins et amis ; lutter contre l’impunité ; décentraliser, favoriser le développement économique et social à la base ; permettre aux jeunes l’accès à l’éducation, la santé et l’entrepreneuriat ; accélérer la participation de la femme et de la jeunesse aux instances de prise de décisions ; réconcilier les Centrafricains avec eux-mêmes ; enseigner aux enfants le devoir civique et l’amour du travail. »

N’écoutez pas le chant des sirènes !

Danièle Darlan a poursuivi : « Votre légitimité vous permettra d’accomplir votre noble mission. N’écoutez pas le chant des sirènes ! Cela a existé sous tous les régimes. N’oubliez pas que ces personnes n’agissent que pour servir leurs propres intérêts. Nous remercions les Etats, ainsi que les institutions internationales et régionales qui ont accompagné notre pays pendant les moments difficiles. Nos espoirs sont à la dimension de nos épreuves. » Cette ex-doyenne de la faculté des Sciences juridiques de l’Université de Bangui a eu droit à un standing ovation de la part de l’assistance.

Les anciens dirigeants de la transition (2013-2016), Michel Djotodia, Alexandre-Ferdinand Nguendet et Catherine Samba-Panza, ont pris part à la cérémonie d’investiture. Ainsi que les leaders de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC).

© PCRC-CellCom – Nicolas Ndagiyé

Publié par le PCRC