Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle

07/05/2021 - Centrafrique

Le cardinal Nzapalaïnga plaide pour un format inclusif du dialogue républicain


Le 19 avril 2021, le président Faustin-Archange Touadéra a ouvert des consultations des forces vives de la nation et des leaders des confessions religieuses en vue de préparer la tenue prochaine du « dialogue républicain ». Ces rencontres devraient faire ressortir des thématiques et des recommandations par les participants à ce dialogue tant attendu. Le cardinal Dieudonné Nzapalaïnga, archevêque de Bangui et leader de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC), souhaite une voie de la sagesse pour la tenue des assises en vue de sortir le pays du cycle de violences.

Dans des interviews accordées aux médias internationaux, RFI (Radio France Internationale) et TV5 Monde, le 6 mai 2021, le cardinal Dieudonné Nzapalaïnga a plaidé pour l’élargissement des participants au dialogue républicain, annoncé par le professeur Touadéra le 18 mars dernier. Pour lui, il faut associer toutes les sensibilités, y compris les personnes qui sont frustrées. Car il s’agit de trouver ensemble des issues pour sortir le pays de la crise sécuritaire et du cycle de violences interminable.

« D’après ce que j’ai entendu, on a fait la part entre ceux qui ont pris les armes et ceux qui n’ont pas pris d’armes. Le format de ce dialogue est construit par ceux qui ont l’autorité. Je suis une sensibilité parmi tant d’autres ; mais je demande que l’on puisse élargir ce dialogue à plus de gens possibles, pour qu’on puisse les écouter et les prendre en compte. Plus nous aurons des gens frustrés, éparpillés, qui seront en brousse, plus nous aurons des gens sauvages et éventuellement des dangers », a déclaré le cardinal archevêque de Bangui.

Il ajoute que ce n’est pas seulement ce dialogue républicain qui est le lieu magique pour régler les problèmes. Car, selon lui, il existe des lieux de dialogue républicain informels. Il demande aux religieux et ceux qui œuvrent dans le social de se lever pour engager ce genre de dialogue.  « Les moyens, ce sont ceux qui sont à la tête du pays qui doivent les voir. Mais j’alerte et je présente la situation en disant : tous ceux qui partent avec armes et bagages, il ne faudrait pas que nous les laissions partir comme cela… Il faut qu’il y ait des gens qui leur parlent. Il y a plusieurs niveaux. Vous avez vos frères qui sont dans la CPC (Coalition des patriotes pour le changement), qui sont dans la brousse… Ayez le courage d’aller leur parler, écoutez-les ! Revenez pour en parler avec le préfet, avec les gens, pour voir comment faire pour que ces personnes trouvent leur place. Parce que ce n’est pas que dans le quotidien que l’on doit avoir ce dialogue. C’est aussi sur le long terme », a poursuivi le cardinal Nzapalaïnga. En parlant ainsi, l’archevêque de Bangui fait allusion à certains groupes armés qui sévissent encore sur le territoire et détiennent une grande capacité de nuisance. Ils pourraient commettre des violences sur de paisibles populations ou opérer en mode « coupeurs de route » dans certaines localités du pays.

© PCRC-CellCom – Petrus Namkoïna

Publié par le PCRC