Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle

11/01/2019 - Bangui

Le dialogue politique centrafricain débutera le 24 janvier à Khartoum


« Aujourd’hui donc, à l’issue de nos échanges, la date des rencontres entre le gouvernement et les groupes armés est fixée. Il s’agit du 24 janvier 2019 à Khartoum. » C’est en ces termes que le président Faustin Archange Touadéra a annoncé, le mercredi 9 janvier 2019, la nouvelle que tout le monde attendait.

Cette déclaration a été faite à l’issue « d‘une réunion très attendue » au palais de la Renaissance entre la délégation conjointe de l’Union africaine (UA), de l’ONU, des ministres des Affaires étrangères des pays amis de la République centrafricaine et des autres représentants.

L’UA et l’ONU, ainsi que des personnalités africaines, ont effectué une mission conjointe en Centrafrique du 7 au 10 janvier, dans le but précis d’annoncer la date et le lieu du dialogue politique attendu dans le pays depuis au moins deux ans.

La mission était conduite par MM. Smail Chergui, commissaire de Paix et de Sécurité pour l’UA, et Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix. À leurs côtés se trouvaient les ministres des Affaires étrangères du Congo, du Tchad, de l’Angola, du Soudan et des représentants du Cameroun et du Gabon.

La rencontre de Khartoum « se fera sous l’égide et sous la facilitation de l’Union africaine », a précisé le président centrafricain. Le soutien de tous est requis.

À Bangui, le gouvernement, sans le dire ouvertement, a toujours manifesté une frilosité quant au choix préalablement porté par le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, sur Addis-Abeba pour abriter ces assises. Désormais, « nous sommes fixés », a affirmé le président Touadéra face à la presse.

Ce dialogue, porté par le processus de « l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation en Centrafrique », mettra autour d’une même table les groupes armés et le gouvernement, sous l’égide de l’UA. C’est la concrétisation de la décision des chefs d’État de la Communauté des États de l’Afrique centrale (CEEAC) décidée à Libreville en novembre 2017.

Livrant ses impressions, Smail Chergui a déclaré : « Aujourd’hui, c’est un grand jour sur la voie de la construction et de la consolidation de la paix dans ce pays. À travers cette annonce qui a été faite par le président Touadéra, l’Initiative africaine arrive maintenant à maturité et devrait connaître une mise en œuvre assez rapide dans le cadre de la convocation par l’Union africaine de cette rencontre à Khartoum à partir du 24 janvier. » Il a aussi formulé, dans sa déclaration, son souhait du « soutien de tout le monde » pour la réussite de ce dialogue.

© PCRC-CellCom - Askin Bamako

Publié par le PCRC