Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle

19/03/2021 - Centrafrique

Le président Touadéra appelle à la mutualisation des initiatives de paix pour sortir le pays du cycle de violences


En vue de décrisper les dissensions créées en période électorale au sein de la classe politique centrafricaine depuis début décembre 2020, le président Touadéra exhorte l'opposition démocratique et les forces vives de la nation à joindre leurs initiatives à celles du gouvernement afin de chercher des issues pour sortir le pays d'une crise sécuritaire interminable.

Dans son adresse à la nation le 18 mars 2021, le président de la République, Faustin-Archange Touadéra, a tendu la main patriotique, pour une énième fois, à l'opposition démocratique afin de mobiliser des énergies créatrices pour stopper l'érosion avancée des berges de la cohésion sociale. Et sortir la Centrafrique du cycle vicieux de violences aveugles, de tortures, de pillages et de destruction des biens publics et privés.

Faustin-Archange Touadéra annonce l'ouverture d'une concertation afin de décrisper le climat sécuritaire. « Dans une période comme celle que nous vivons actuellement, nous devons, chacun, témoigner de notre détermination à défendre les valeurs du dialogue, de l'unité nationale, de la démocratie et de l'Etat de droit. Aujourd'hui, je viens vous annoncer que je lancerai, dans les plus prochains jours, de vastes concertations nationales en vue d'aboutir, tant soit peu, à une décrispation de la crise sécuritaire préoccupante de notre pays. Je voudrais bien laisser aux historiens, aux politologues, aux philosophes, aux anthropologues, aux sociologues et autres chercheurs  le soin de faire apparaître la réalité du passé politique de notre pays », a-t-il déclaré. 

Un dialogue permanent pour consolider la paix

De 2007 à ce jour, 14 Accords de cessez-le feu et de paix ont été signés entre le gouvernement et les groupes armés, ainsi que les forces vives de la nation. Jusque-là, ceux-ci ne parviennent pas à ramener définitivement la stabilité dans le pays. Faustin-Archange Touadéra déplore le fait que ces accords sont loin de régler la crise centrafricaine. Ils ont plutôt été vus comme des tremplins pour accéder aux hautes fonctions de responsabilité de l'Etat ou aux pillages des ressources du pays.

Le président de la République souhaite que le prochain dialogue républicain soit sincère, inclusif et constructif. Et qu'il permettra de mobiliser tous les segments de la société centrafricaine autour d'un agenda : la consolidation de la paix et de la sécurité, la stabilité politique et institutionnelle, la réconciliation nationale, l'appropriation et la bonne gestion des ressources naturelles, la gouvernance inclusive et démocratique ainsi que le développement.

« L'opportunité du dialogue républicain, son utilité et sa pertinence ne sont plus à démontrer si nous voulons sortir définitivement de la crise sécuritaire en nous appuyant sur les progrès en cours, pour un meilleur contrôle du territoire national, une effectivité de notre souveraineté nationale sur toute l'étendue du territoire national et une mise en œuvre efficiente de l'Accord de Paix. L'objet de ces consultations consiste à recueillir vos avis, recommandations et suggestions pertinents, sur les résultats escomptés ainsi que l'agenda d'intérêt national prioritaire et les principes fondamentaux à préserver », a renchéri Faustin-Archange Touadera.

© PCRC-CellCom – Petrus Namkoina

Publié par le PCRC