Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle

31/03/2021 - Centrafrique

Les centrafricains soutiennent le dialogue et la concertation


Réélu président de la République, Faustin-Archange Touadéra doit relever le défi de la tenue d’un dialogue républicain. Afin de décrisper le climat politique et favoriser la réconciliation nationale après la crise militaro-politique qui a secoué le pays. Faustin-Archange Touadéra a plusieurs fois montré sa volonté pour que ce dialogue se tienne. 

Dans son adresse à la nation le 18 mars 2021, le président de la République, Faustin-Archange Touadéra, a annoncé l’ouverture d’une concertation nationale afin de décrisper le climat politique et sortir le pays du cycle de violences. La population, dans sa majorité, voit ce dialogue comme une bonne solution à la crise. Les forces vives de la nation demandent un dialogue inclusif, avec la participation des protagonistes du conflit, en vue de sortir le pays de l’instabilité politique et sécuritaire.

 Marina Wilikon, une habitante du quartier Boy-Rabe dans le 4e arrondissement de Bangui, s’est dit favorable à la tenue de la concertation. « Je suis ravie que le président compte organiser ce dialogue afin d’apaiser les tensions dans notre pays. La guerre n'a jamais été une solution à une crise politique, car la violence appelle toujours la violence », a-t-elle déclaré. Ousmane Youssouf, commerçant au marché du KM 5 dans le 3e arrondissement de Bangui, pense que « ce dialogue sera la solution aux problèmes de notre pays. Il faut que ce dialogue regroupe les Centrafricains dans leur diversité. Cela peut favoriser le pardon sincère et la réconciliation nationale. »

Pour leur part, les leaders d’opinion s’interrogent sur la participation au dialogue des groupes armés de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) qui continuent de créer l'insécurité. Cependant, ils estiment qu’il serait mieux de les impliquer dans la recherche de cette paix véritable et durable. Ils exhortent les acteurs de la crise centrafricaine à mettre de côté leurs intérêts égoïstes afin que ce dialogue soit le dernier qui sorte le pays du chaos.

© PCRC-CellCom –  Brice Ledoux Saramalet

Publié par le PCRC