Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle

14/01/2019 - Nola

Nola : L'antenne locale de la PCRC mène la médiation entre les frères musulmans divisés


L’antenne de la PCRC de la ville de Nola a joué un rôle déterminant dans la crise qui a secoué la communauté musulmane de la Sangha-Mbaéré.

Les musulmans dans la Sangha-Mbaéré sont divisés à cause de la prise de position de certains responsables de la branche de la communauté musulmane de Centrafrique (COMUC) de Nola. Ceux-ci pensent, en effet, que les cadres de la communauté islamique de Centrafrique (CICA) n’ont pas le droit de gérer les activités culturelles de l’islam dans la ville de Nola et ses environs. Cette prise de position a engendré la confusion parmi les musulmans qui ont commencé à créer de petits groupes et des mouvements séparés.

La division des musulmans, un danger pour la paix

La division entre les musulmans de la ville de Nola est un danger pour la paix, la cohésion sociale et le vivre-ensemble. Beaucoup de choses se cachent derrière cette division. Nombreux étaient les musulmans partis se réfugier ailleurs. A leur retour, ils ont créé cette division.

Grâce à la médiation menée par l’antenne préfectorale de la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC), le danger est écarté.

Selon Jean Mathurin Ngaïndiro, président de l’antenne préfectorale de la PCRC, la ville de Nola n’a pas été touchée par la crise militaro-politique qui a secoué le pays. Il est important d’éviter qu’un conflit quelconque puisse destabiliser la quiétude de Nola. C’est pourquoi la PCRC, à travers son antenne préfectorale, a tout fait pour que les frères musulmans qui étaient divisés se mettent autour d’une table pour débattre des problèmes qui sont à l’origine de leur division. « La ville de Nola est considérée comme une zone verte. Nous ne pouvons pas accepter que la population, qui vit dans la paix, la cohésion sociale et le vivre-ensemble, se retrouve face à une situation qui va détruire le bien-être. C’est dans ce contexte que la PCRC s’est investie pour que les cadres de la CICA et ceux de la COMUC se parlent afin d’aplanir leurs divergences. »

La médiation a porté ses fruits

Après plusieurs rencontres organisées par la PCRC entre les cadres de la COMUC et ceux de la CICA, les deux parties ont décidé de faire la paix afin d’éviter une crise qui aurait pu aboutir à un conflit généralisé à Nola et ses environs. C’est en présence des autorités politico-administratives de la ville, les membres du bureau de l’antenne préfectorale de la PCRC, la MINUSCA et la présidente de l’Aassociation des femmes de Nola qu’un accord de réconciliation a été signé par les deux parties en conflit.

© PCRC-CellCom - Jean Pierre Nambate Dounia

Publié par le PCRC