Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle

10/06/2021 - Nola

Nola: l'antenne de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique renforce les capacités de ses membres


Pour soutenir la consolidation de la paix par le dialogue interreligieux, lutter contre les rumeurs et les discours de haine à travers le renforcement des structures et des capacités techniques et institutionnelles, l’antenne de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC) de Nola, chef-lieu de la préfecture de la Sangha-Mbaéré, a organisé une activité de renforcement des capacités de ses membres. Cet « Atelier de formation et de sensibilisation des leaders religieux et communautaires sur la culture du vivre-ensemble et l’éducation à la citoyenneté » s’est tenu du 22 au 24 avril 2021.

 Il a réuni des protestants, des musulmans et des catholiques, 55 hommes et femmes venus des villes de Bayanga, Bambio et Nola. L’atelier, appuyé par le KAIICID, a été dirigé par l’abbé Eric Nguilo et Yves Zinanonn (MINUSCA), sous la coordination du pasteur Jean-Mathurin Ngaïndiro-Bato. Le premier a parlé de la gestion des rumeurs, le second des droits et devoirs d’un citoyen, tandis que le troisième s’est appesanti sur les discours de haine. Pour l’abbé Eric Nguilo, « il existe deux catégories de rumeurs. Les rumeurs roses portent sur le désir, l’espoir. Par exemple, l’espoir d’une solution simple à la situation difficile que vit la République centrafricaine. Quant aux rumeurs noires, elles ont une plus grande portée que les premières. Elles portent le danger en elles. »

Pour sa part, le pasteur Jean-Mathurin Ngaïndiro-Bato définit le discours de haine comme « un sentiment de forte animosité, selon les saintes Ecritures (Lv. 19:17). Les facteurs déclencheurs de la haine sont la querelle, la violence, les bagarres, l’esprit de vengeance, la méchanceté, la jalousie et l’injustice. Les propos de haine sont constitués de discours racistes, les insultes, la provocation, la mise en garde, l’outrage. Les conséquences de la haine sont la guerre civile et/ou tribale, les tueries de masse, les crimes de guerre et contre l’humanité, le crime de génocide. »

Unité-Dignité-Travail

Yves Zinanonn a, dans son exposé, également mis l’accent sur les valeurs d’un citoyen centrafricain, léguées par le père fondateur Barthélémy Boganda, et inscrites en lettres d’or dans la devise nationale : Unité, Dignité, Travail.

Malgré quelques difficultés rencontrées, comme une pluie diluvienne qui a perturbé les travaux en groupes, l’atelier s’est déroulé de façon satisfaisante. Il a permis de formuler deux recommandations majeures : la mise en place d’un programme d’éducation à la citoyenneté dans les écoles ; ainsi que la promotion de l’éducation civique dans les établissements de formation et les lieux de culte.

 Notons que le bureau de coordination des femmes de l’antenne préfectorale de la PCRC a été mis en place et présenté au cours de ces travaux. Qui ont connu, le samedi 24 avril au stade Accra du quartier Metezoa, des manifestations sportives et culturelles (football, théâtre, concert religieux avec la participation des chorales des Pygmées) visant à renforcer la cohésion sociale et le vivre-ensemble, socles d’une paix durable.

© PCRC-CellCom – Nicolas Ndagiye

Publié par le PCRC