Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle

03/06/2018 - Bangui

Six officiers de police judiciaire de la Cour Pénale Spéciale ont prêté serment


Six nouveaux officiers de police judiciaire de l’Unité spéciale police judiciaire de la Cour Pénale Spéciale nommés par le président de la République Faustin Archange Touadéra le 20 février 2018 ont prêté serment le mardi 22 mai à Bangui.

À ces six officiers issus des forces de sécurité intérieure centrafricaine s’ajoutent six autres officiers de la police de la MINUSCA. Ces derniers ont également prêté serment et serviront de mentors aux premiers.

L’audience solennelle présidée par le président de la Cour d’appel de Bangui en la salle de la Cour de cassation s’est déroulée en présence du ministre de la Justice Garde des Sceaux M. Flavien Mbata. Selon le plan d’aménagement de la CPS au commissariat central, il est prévu que les officiers de police judiciaire (OPJ) prennent possession de leurs bureaux dans la semaine du 28 mai 2018. Ils seront alors à la totale disposition du Procureur spécial qui entend s’appuyer sur eux pour affiner les derniers préparatifs du lancement des enquêtes.

Ses six éléments avec une tâche bien spécifique viennent s’ajouter à la vingtaine qui avait déjà prêté serment il y a quelques mois et qui doivent servir de bras d’exécution à la mise en œuvre des procédures judiciaires à la CPS.

Cette prestation de serment qui constitue une étape de plus à l’opérationnalisation de la Cour intervient quelques jours après la publication d’un rapport par l’ONG Human Rights Watch qui formule des recommandations en vue de faciliter l’opérationnalisation de la CPS. Le rapport presse les autorités et l’ensemble des partenaires qui soutiennent la mise en œuvre de la justice à travers cette cour, d’accélérer sa mise en oeuvre en vue d’en finir avec l’impunité qui est perçue comme la cause de la poursuite des violences en RCA.

La CPS est appelée à connaitre tous les crimes commis depuis janvier 2003 à ce jour.

© PCRC-CellCom - Askin Bamako

Publié par le PCRC